LA RÉINVENTION DE REUBEN WU (À TRAVERS LE DRONE)

Reuben Wu s'éloigne momentanément de Ladytron, le groupe dans lequel il joue depuis des décennies, pour entamer une carrière parallèle dans laquelle il photographie le sillage laissé par les lumières LED de drones sur des paysages surréalistes. Une sorte de Land Art en version 2.0 que l'artiste préfère étiqueter sous le nom d'aéroglyphes.

La réinvention est un droit que nous pouvons tous exercer librement quand et comme nous le voulons. Même s'il s'avère que vous avez milité dans un groupe électro-pop qui a offert des hymnes incendiaires à plusieurs générations transversales, vous pouvez soudainement à nouveau étonner le monde avec une nouvelle facette artistique totalement inattendue. Et c’est précisément ce qui s’est passé récemment avec Reuben Wu, que beaucoup ont connu pour être l’un des membres de Ladytron et, par conséquent, auteur de tubes incontestables comme Destroy Everything You Touch ou Seventeen... Mais que maintenant beaucoup connaissent pour être l’un des premiers grands noms du drone art. Si tant est que ça existe.

L’idée peut sembler simple : Wu s’est spécialisé dans l’incorporation de puissants projecteurs LED dans des drones pour photographier des paysages immobiles dans lesquels le sillage créé par le mouvement de ces mêmes appareils volants devient un élément fascinant, presque comme une fantasmagorie venant d'une autre dimension. Beaucoup se sont précipités pour parler de ses œuvres en tant que point de contact magique entre les pétroglyphes ancestraux et cet avenir que nous avons toujours imaginé plein de néons. Mais Reuben Wu lui-même préfère ancrer sa vision artistique dans le présent avec des déclarations dans lesquelles il précise que ce qui l'émeut est plutôt une envie d'explorer de nouveaux lieux, comme s'ils étaient un territoire inconnu, constamment ouvert à la sérendipité et avec les yeux bien ouverts sur le caché et ce qui passe inaperçu.

Son intention est de créer un écho du temps et de l'espace, des fragments de mémoire et d'imagination. C'est ce qu'il explore dans des séries de photos comme Aeroglyphs ou Lux Noctis , dans lesquelles il montre une prédilection spéciale pour un moment et un lieu commun. Le moment, c'est la nuit. Là où les LED des drones brillent le mieux. Et le lieu, tout endroit dans n'ayant aucune trace de l'être humain, en particulier les déserts et les lieux naturels habités par ses drones comme des présences angéliques venues sur terre pour nous transmettre un message que chacun doit déchiffrer en fonction des circonstances.

C'est comme si Reuben Wu avait ouvert les portes d'une nouvelle ère du Land Art dans laquelle l'espace pouvait être manipulé sans avoir à le toucher. Une vision d'un avenir dans lequel la technologie sert à embellir le monde... Tout comme prévu par Ladytron. Parce que, finalement, tout est lié.